Les métaux lourds : bientôt la fin du maraîchage voire de l’agriculture en Province de Liège ?


Marche de soutien le 27 février 2022 !



Aspects pratiques :

Rendez-vous à 13h30 Rue Bouteille 30 – 4877 Olne, Départ de la marche à 14h en direction du Potager de St Germain. Retour Rue Bouteille vers 16h (8km au total) Fin à 17h .

  • Marquez votre soutien aux maraichers et petits producteurs de notre région en participant à cette marche familiale et conviviale.

  • Il n’est pas obligatoire de faire la marche pour venir marquer votre soutien !

  • Si vous ne pouvez-vous libérer pour faire la marche, n’hésitez pas à nous rejoindre Rue Bouteille à Olne dès 16h.

Pourquoi cette marche ?


Alors que dans le cadre de sa Stratégie Manger Demain la Région wallonne dégage des fonds importants pour relocaliser la production de notre alimentation, la survie de nos maraîchers et nos petits producteurs est menacée.

En cause : l’état des sols de notre région.


Mais qu’en est-il réellement ?

Les sols contiennent du cadmium à l’état naturel à raison de moins de 2mg de cadmium total par kg de terre la plupart du temps. Mais pas chez nous !

La région liégeoise est historiquement marquée par l’industrie du plomb et du zinc responsable de 95% du cadmium qui s’est disséminé pendant 150 ans et se retrouve désormais dans les sols d’Andenne à la frontière hollandaise et de Liège à Spa.


Ce lourd héritage menace aujourd’hui fortement la survie de nos petits producteurs et nos maraîchers pourtant non responsables de cette situation.


Alors, sachant que :

  • la problématique du transfert des métaux lourds dans les plantes est encore très peu connue pour l’instant ;

  • les normes concernant les teneurs maximales en cadmium dans les denrées alimentaires ne font que baisser alors que le taux maximum acceptable n’est pas précisé et à un point tel que la culture de certains légumes très sensibles au taux de cadmium dans le sol comme les carottes et les épinards ou les salsifis pourrait être impossible même dans les sols non pollués ;

  • Il n’y a actuellement pas de solutions qui permettent d’éviter de façon certaine le transfert des métaux lourds vers la plante et les éventuelles solutions techniques prennent au minimum 3 à 5 ans avant de porter leurs fruits ;

  • les toxicologues soutiennent que, en ce qui concerne les jardiniers amateurs, les mesures faites […] ne permettent pas d’affirmer l’existence d’un risque pour la santé. […] » (cf réponse du 17/05 de la Ministre Tellier à la question parlementaire d’Anne Kelleter) ;

  • La Région wallonne et l’AFSCA sont en partie responsables de la situation de nos maraîchers en leur octroyant des permis en connaissance de cause (la 1ère interpellation de M. Benoit Lutgen sur le sujet date de 2006 !) ;

  • L’utilisation de néonicotinoïdes dans les betteraves sucrières est toujours autorisée en Wallonie malgré les interdictions européennes ;

  • - ….


Pourquoi nos petits producteurs devraient supporter seuls les conséquences de cette situation historique ?

Pourquoi le risque semble plus important pour les légumes qu’ils produisent que ceux des jardiniers amateurs ?


Si vous aussi vous êtes interpellés par cette situation et vous souhaitez comprendre, participez avec nous à cette marche de soutien le 27 février 2022


Voir et relayer aussi via la page d'événement facebook :

https://www.facebook.com/events/688869468951537/?active_tab=about


Voir aussi sur le blog de la CACM : Pollution des sols: un risque sérieux aussi pour les maraîchers