Produits locaux, produits saisonniers, des avantages en termes de durabilité?

Dernière mise à jour : 7 déc. 2021

Rendre l'alimentation plus locale, peut-il avoir un impact assez important pour lutter contre les changements climatiques... ou l'impact est-il en définitive relativement faible ?


L'extrait d'article ci-dessous, issus de l'excellent "Baromètre 2019 des agricultures familiales" pourrait bien vous étonner !


"Manger des aliments de saison a des avantages. Cela permet d’augmenter la qualité nutritionnelle de notre alimentation en consommant des produits plus frais et moins transformés. Les produits de saison respectent le rythme de la nature et sont clairement plus respectueux de l’environnement que les produits cultivés sous serre chauffée. Ils sont généralement adaptés à nos besoins et leur consommation cyclique au fil des années apporte de la diversité dans notre assiette. Quant à la consommation de produits locaux, elle renforce le tissu social et les liens entre agriculteurs et consommateurs en raccourcissant la chaine de production. Dans de nombreux pays, les importations à bas prix impactent durement l’agriculture familiale ; en valorisant la consommation de produits locaux, les achats alimentaires profitent aux agriculteurs familiaux de la région et sont réinvestis dans des circuits économique locaux. Avoir une consommation alimentaire saisonnière et locale tout au long de l’année aurait encore d’autres conséquences positives pour la durabilité des systèmes alimentaires.


On associe souvent alimentation locale et lutte contre les changements climatiques. Pourtant, selon une étude publiée en 2018 (1), seulement 6% des émissions de gaz à effet de serre de notre alimentation sont liés aux transports. L’alimentation locale est intéressante à de nombreux égards, mais son intérêt est plus limité qu’on ne le pense pour préserver l’environnement et lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Pour ces questions, les changements dans les pratiques de production, les changements de régime alimentaire et la saisonnalité sont des leviers d’action beaucoup plus puissants".


(1) Poore, J., Nemecek, T., 2018, Reducing food’s environmental impacts through producers and consumers, Science.


NDR : C'est nous qui soulignons et mettons le texte en gras.

Lire la totalité de l'article ici.