truck-bio_edited.jpg
Le distributeur
IMG_7299.JPG
2103-Billen-Circulacoop-logo-final.png

A la croisée des chemins...

le distributeur

Société coopérative Circulacoop

Rue du Moulin, 109

5600 Philippeville

Philippe Billen

0497/638 076

Sans distributeur, il est très difficile, pour les acheteurs locaux, de se procurer les produits bio locaux.

Découvrez ci-dessous pourquoi le rôle du distributeur est tellement crucial pour le développement de circuits courts alimentaires bio...

et comment il peut contribuer de manière décisive à un commerce plus équitable entre producteurs et consommateurs locaux.

image3.jpeg

Le rôle principal du "distributeur"

Le rôle principal du distributeur (la plateforme logistique Circulacoop), est de faire circuler les marchandises depuis les producteurs et transformateurs alimentaires locaux vers les divers acheteurs locaux.

Sans plateforme logistique, les aliments bio produits localement ne sont accessibles qu’en vente directe, et encore, leur gamme sera forcément limitée (les consommateurs ne vont pas circuler eux-mêmes sur tout le territoire pour se procurer les divers aliments !).

Images%20pour%20site%20web_edited.png

L'image ci-dessus illustre le rôle du distributeur (la "plate-forme logistique"):

 

A l'extrême gauche, on trouve les producteurs locaux. A l'extrême droite, les consommateurs, qui s'alimentent via des détaillants, cuisines de collectivité, hôtels, restaurants et cafés (horeca). Il s'agit d'un schéma simplifié ; car les consommateurs achètent parfois aussi directement à la ferme..

S'il n'existait pas de plateforme logistique, les producteurs devraient tous livrer chaque acheteur. Il faudrait que chaque acheteur passe une commande à chaque producteur, que tous gèrent à chaque fois autant de flux financiers, produisent autant de factures, etc.

En ajoutant la plateforme logistique locale au sein des filières alimentaires locales, on raccourcit donc en réalité le circuit alimentaire territorial global (en nombre de kilomètres) et on réduit considérablement le nombre de tous les flux (donc moins de temps de travail pour les producteurs et les acheteurs).

Images%20pour%20site%20web3_edited.jpg

L'image ci-dessus montre encore ceci : 

  • Il est encore possible de faciliter le travail des producteurs, par exemple en créant des lieux de dépôt locaux de leurs marchandises (les "hubs") dans le circuit.

  • Ajoutons que des transformateurs (boulangers, bouchers,...) sont bien sûr aussi insérés dans le circuit.

  • Enfin, dans certains cas, notamment lorsque les producteurs parviennent à vendre toute leur production en vente directe (par exemple à la ferme), la plateforme logistique, ainsi que les autres entreprises en aval, ne sont pas utiles pour eux. Elles sont par contre utiles aux producteurs locaux, dans tous les autres cas.

Origine et avenir de la plateforme logistique...

La création de la plateforme logistique gérée par la coopérative Circulacoop est un des résultats issus de la dynamique participative au sein de la Ceinture alimentaire Charleroi Métropole.

La plateforme logistique existait déjà sur le terrain depuis le mois d'août 2019, à la demande des acteurs de la CACM, sous forme de test : elle distribuait des légumes de producteurs locaux à trois acheteurs locaux.

Le 21 octobre 2020, la coopérative Circulacoop a été fondée pour passer de la phase test à une phase de développement économique pleinement opérationnelle. A partir de 2021, il sera possible grâce à elle d'élargir la gamme des produits au delà des légumes, d'augmenter le nombre de producteurs et d'acheteurs, de les diversifier aussi, par exemple en incluant des cuisines de collectivités ou des collectifs de citoyens.

Spécificités, différences et complémentarités entre Circulacoop et la CACM

Si la société Circulacoop est née de la dynamique de la CACM, elle n'est pas à confondre avec la CACM ! L'image suivante résume les spécificités et complémentarités de l'une et de l'autre.

A remarquer encore : la Ceinture alimentaire Charleroi Métropole est une association de fait, qui rassemble les acteurs des circuits alimentaires du territoire qui veulent coopérer entre eux ("inter-coopération") selon certaines règles de fonctionnement et engagements réciproques.

La fédération d'entreprises d'économie sociale SAW-B joue le rôle d'animateur-facilitateur-ensemblier de la CACM.

Circulacoop est par contre une société coopérative (entité juridique autonome) qui est UN des acteurs participant à la dynamique de la CACM, au même titre que les producteurs, transformateurs, acheteurs, etc. Au sein de Circulacoop, ce sont toutefois les acteurs de la CACM, usagers de la plateforme logistique, qui disposent de la majorité des voix.

Logo-provisoire2.jpg

La prise de décision et la gouvernance au sein de Circulacoop

Bien que Circulacoop ne soit qu'un des acteurs de la CACM, cette société coopérative se situe à un endroit tout à fait central dans la filière.

Toute plateforme logistique de ce type se situe en effet à un carrefour entre la production/transformation d’une part, et la consommation d’autre part (dans le sens large de ces termes). Quiconque contrôle ce carrefour, est en position de force pour tenter de dominer économiquement les acteurs des filières, par exemple en imposant tôt ou tard des prix aux producteurs, en omettant de communiquer des informations aux consommateurs, voire en leur mentant, etc.

Par exemple, historiquement, les centrales d’achat, pourtant souvent créées par des acteurs du terrain, sont devenues bien souvent avec le temps de tels organes de pouvoir et de domination, au détriment des besoins des acteurs fondateurs. Il s’agit d’une évolution classiquement observée.

C'est pourquoi il est tellement important de concevoir, surtout au niveau de ce "carrefour", des processus de prise de décision, des règles attribuant le pouvoir, et une "gouvernance" pour réduire autant que possible le risque de dérives. Sur le site web de Circulacoop sera expliqué dans le détail le processus de prise de décision interne à la coopérative.

En créant la coopérative Circulacoop, nous avons voulu concevoir une forme de gouvernance qui limite autant que possible le risque de dérive.

 

C’est ainsi que l’essentiel du droit de vote en assemblée générale est accordé aux usagers effectifs de la plateforme logistique (à savoir les fournisseurs, les acheteurs ainsi que le travailleurs de la plateforme, les transporteurs) en cherchant un équilibre du pouvoir votal entre production, distribution et consommation.

La coopérative fonctionne aussi avec un « comité sociétal » qui a pour mission de veiller activement à ce que la coopérative se développe dans le respect de ses finalités coopératives et sociétales, tandis que parallèlement, le conseil d’administration veille classiquement au développement économique efficaces de la coopérative. Le comité sociétal est indépendant et autonome par rapport au conseil d’administration.