Quel premier diagnostic tirer pour la Ceinture ?

Imprimer
Depuis le début de l’été jusqu’en décembre 2017, l’équipe de la Ceinture a rencontré et interviewé différents acteurs, directement impliqués dans la filière agro-alimentaire bio (maraîchers, éleveurs, arboriculteurs, …) ou non (CPAS, chercheurs, mutualités, institutions culturelles, …), pour (1) mieux cerner les questions, enjeux, besoins et potentialités existants au sein du territoire ; (2) établir un diagnostic ainsi qu’un plan d’action pour le futur.

Ces rencontres ont permis d’affiner les compétences nécessaires pour le développement de la Ceinture mais aussi de confirmer la pertinence de la démarche collective et participative adoptée jusqu’à présent pour stimuler la coopération et la confiance réciproque entre entrepreneurs.


Quels besoins ?

Parmi les besoins exprimés par les partenaires professionnels de la Ceinture, on retrouve notamment la volonté de développer davantage d’accords entre professionnels portant sur l’organisation du transport entre eux.

 Quels problèmes ?

Les producteurs et les transformateurs sont confrontés à de nombreuses situations problème (plus de 65 identifiées), que nous avons regroupées en 17 thématiques principales.
Cette liste sera complétée lorsque viendront se joindre de nouvelles parties prenantes à la Ceinture, notamment des points de vente et des groupements de consommateurs.

Et maintenant, on fait quoi ?

Sur base de ce travail de synthèse, l’équipe de la Ceinture a dégagé 5 axes de travail principaux (qui évolueront selon les réalités du terrain).

Une première réunion de concertation portant sur trois thématiques a aussi été organisée le 12 janvier 2018.